Chronique

Ouvrir le champ des possibles #5

Sans voiture, semaine 5 (24/30 oct 2016)

« Les habitudes se prennent plutôt aisément. Même lorsqu’un accompagnement automobile m’est proposé pour quelques courses, je suis programmée sur le mode ‘quelques courses’. Je ne parviens à faire plus de deux sacs… c’est-à-dire deux sacoches ! Je suis désormais programmée à l’essentiel même lorsque j’ai la possibilité de faire plus. Cela m’amuse. Excepté deux transports impossibles à faire sans voiture, l’un de meubles, l’autre de déchets verts, parfaite autonomie pendant cinq semaines.

J’ai ce sentiment de rouler à vélo depuis toujours… Il me semble d’ailleurs de plus en plus tenir ma place sur la voie. Je ressens mon plein droit à la libre circulation et ma légitimité autant que celle des automobilistes sur l’asphalte. Le temps est toujours au beau-fixe. Cet automne aura été parfait pour les cyclistes et les piétons !

Les jours diminuant encore, de nouvelles découvertes se manifestent. Je suis amenée à rentrer de nuit et l’éclairage public fait vraiment défaut par endroit. Les éclairages de mon vélo ne sont là que pour indiquer ma présence, ils n’éclairent aucunement la voie… Seuls les ronds-points restent assez sécures. Empruntez la voie cyclable… le tout petit tronçon de voie cyclable du centre-ville de Pont Audemer… et observez… de nuit, l’éclairage est infime. On roule plutôt à l’aveugle ! Mon lotissement n’est guère plus éclairé…

Des détails dont je n’avais aucune perception au volant de ma voiture. Tout n’est qu’une question de perception, de champ de perception même… Savez-vous que nous ne percevons pas plus de 0,5% de la réalité ? Certains scientifiques affirment même 0,001%… Waouh ! Que voyons-nous alors ? Uniquement ce que l’on souhaite voir, uniquement ce que l’on nous a appris à voir… Notre éducation, nos héritages, notre culture, notre société… Et cela quelque soit le champ de vie auquel nous nous intéressons. Tout cela participe à la cristallisation de croyances limitantes, de croyances erronées, dans tant d’aspects de nos vies !

Alors chercher une explication dans cette infime partie de réel visible, quel beau moyen de se limiter soi-même… Chercher une solution dans cette micro-réalité réduit immensément le choix de trouver la plus adaptée… Y chercher la guérison à un symptôme, une souffrance, un mal-être, ne sera que guérir une nano-part de ce qu’il y a et à guérir et à découvrir de soi… Heureusement, ce champ de perception n’est pas figé, chacun peut l’élargir tout au long de sa vie. Et même s’il sera toujours limité d’une certaine manière, savoir qu’il est vaste au-delà de tout ce qu’il est permis d’imaginer ouvre un champ des possibles infini. En fait, il ouvre le champ des possibles ! »

 

Tissez un autre regard sur le lâcher-prise…
Aimez, partagez, suivez le blog et recevez chaque mardi et chaque jeudi un nouvel article de cette chronique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s